Mai 2013 Windows 8


Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Unanimement considéré comme un échec, Vista a pourtant obtenu des chiffres d'adoption nettement meilleurs que Windows 8. À un stade similaire de leur déploiement, Vista avait une part de marché sur les systèmes de bureau de 4,52 %, contre 2,67 % pour Windows 8. Pour montrer à quel point l'adoption de Windows 8 n'a pas pris, Vista n'avait même pas bénéficié des fêtes de fin d'année pour augmenter ses ventes. En décembre dernier, ce sont les tablettes (et pas les tablettes Surface RT) qui se sont vendues, et non les PC sous Windows 8.

L'échec de Windows 8 est en réalité plus grand qu'il n'y paraît. En 2007, le marché des tablettes et des téléphones était quasi inexistant. Aujourd'hui, sur un marché où NPD prévoit que les tablettes se vendront plus que les ordinateurs portables d'ici la fin de l'année, ni Windows 8 ni ses cousins Windows RT et Windows Phone 8 n'apparaissent dans les rapports de Net Applications sur les téléphones mobiles et les tablettes pour février 2013. À quel point est-ce grave ? Android 1.6, qui représente à peine 0,02 % du marché, figure quant à lui sur la liste.

L'an dernier, j'avais prédit l'échec assuré de Windows 8, mais son fiasco est encore pire que ce que j'avais imaginé. Pourquoi donc Windows 8 s'avère-t-il un tel échec ? J'ai fait une liste.

1. Metro, également connu sous le nom de Modern : une interface laide et inutilisable

Je le dis et je le répète : Metro, ou quel que soit le nom que vous voulez lui donner, peut être une interface correcte pour une tablette, mais elle est laide et inutilisable sur un système de bureau. Elle oblige les utilisateurs à oublier tout ce qu'ils savent de Windows et à apprendre une toute nouvelle manière de procéder, sans raison réelle. Pour reprendre une opinion largement répandue, Metro est un "désastre".

Certes, vous pouvez utiliser une interface Windows plus traditionnelle, mais ce qui aurait été encore mieux, c'est que Microsoft se contente de conserver l'interface Aero de Windows 7 pour la version bureautique de Windows 8 et abandonne l'idée farfelue selon laquelle l'interface pour écran tactile Metro convient à tous les appareils.

2. Windows 8 n'a rien apporté d'innovant au système de bureau

Pouvez-vous me citer une nouvelle chose que Windows 8 a apporté au système de bureau et qui était vraiment innovante ? Prometteuse ? Attrayante ? Eh bien, pas moi. Windows 8 est plus rapide que Windows 7, mais c'est à peu près tout, sans compter que cette histoire de double interface le rend plus lent pour les opérations d'ordre pratique.

3. Les développeurs le détestent

J'ai toujours dit que les programmeurs ne voudraient pas abandonner leur expertise durement acquise de .NET, Windows Communication Foundation (WCF) et Windows Presentation Foundation (WPF) pour travailler en natif sur Windows 8. J'avais raison. Gabe Newell, cofondateur et directeur général de l'éditeur de jeux vidéo Valve, résume parfaitement le fond de ma pensée : "Windows 8 est une catastrophe pour tous ceux qui évoluent dans l'univers du PC." Il a alors commencé à migrer son empire du jeu Steam vers Linux.

4. Les utilisateurs existants de Windows 7 y restent fidèles

Nous avons assisté au même phénomène avec Vista et XP. À l'époque, comme aujourd'hui, le nouveau système d'exploitation (Vista) n'était pas meilleur que l'ancien (XP), si bien que peu d'utilisateurs sont passés à la nouvelle version. C'est le même phénomène auquel nous assistons aujourd'hui.

De plus, dans une économie qui continue de fonctionner au ralenti, qui voudrait abandonner Windows 7 qui a fait ses preuves au profit des nouveaux PC sous Windows 8 onéreux ? Comme l'a observé Shaw Wu, analyste chez Sterne Agee, le prix de 500 à 1 200 dollars appliqué aux ordinateurs sous Windows 8 les rend "non concurrentiels", dans un monde où les utilisateurs veulent des iPad et des tablettes sous Android.

5. La concurrence des tablettes, smartphones et systèmes de bureau

Si vous achetez un nouvel appareil informatique en 2013, il y a de fortes chances pour qu'il s'agisse d'un iPad d'Apple, d'une tablette bon marché sous Android ou d'un Chromebook. Le PC n'est pas mort, mais il n'est pas très rentable non plus, et Windows 8 n'aide pas les ventes de PC.

Microsoft doit en prendre note. Le jour où Microsoft commencera à vendre, ou plutôt à louer, Microsoft Office pour iPad, vous saurez qu'il se sera enfin rendu à la raison. L'avenir de Microsoft ne résidera alors pas dans les ventes d'applications et de systèmes d'exploitation, mais dans les services.

Et Windows 8 dans tout cela ? Comme Vista avant lui, Microsoft ressortira une ancienne version de Windows (Windows 7 cette fois, et non XP) et commencera à vanter les mérites de Windows Blue, la prochaine version de Windows

Source ZDNET